Les perroks d’Anna


  • Accueil
  • > Comment attraper un perroquet

Comment attraper un perroquet

Je viens témoigner des aventures que m’ont fait vivre des perroquets échappés. Peut-être que mon récit pourra aider certaines personnes qui essayent d’attraper un oiseau…

snb12032.jpg
photo de Coco dans la nature.

Trois fois dans ma vie il m’a été donné de récupérer un perroquet perdu dehors… Dans mon lotissement.
Bientôt ils arriveront directement devant ma porte avec leur valise sous le bras !
C’est vrai, en deux ans, c’est arrivé deux fois avec des perroquets inconnus. A croire que c’est la jungle en banlieue parisienne… La troisième c’était un de mes poussins callopsitte non sevré qui s’était envolé par la fenêtre de l’étage supérieur…

La première fois c’était très simple, un oeil observateur m’a permis de voir un Gris du Gabon perché sur une voiture, épuisé. Je suis arrivée, lui ai demandé si je pouvais le prendre, sans réponse de sa part (qui ne dit mot consent) je l’ai pris à pleine main. Il a bien tenté de me mordre un peu, mais je ne me suis pas laissée abattre.

Une fois rentré à la maison il a vite su qu’il était bien tombé. J’ai tout pour les Gris du Gabon, nourriture, cage, passion… patience…
Emmené chez le véto, soigné, cajolé… Il était tout le temps en liberté à la maison. Me disait « vient » dès que je quittais la pièce. Coucou quand il me voyait… Puis à force de chercher autour de moi j’ai retrouvé ses proprios deux mois plus tard, ils habitaient à 7 km de chez moi… Ce coco Edgar était même partir en vacance avec moi :) C’est par le biais des petites annonces dans un journal gratuit distribué dans ma boite au lettre que j’ai retrouvé ses propriétaires.

Pour le deuxième Coco, Amazone à front bleu c’était beaucoup plus compliqué. Cela m’a pris 3 jours, à me lever avant le soleil pour être sûre de le repérer quand il irait chercher sa nourriture. C’est à dire qu’à 4 heure j’étais déjà debout. Et j’ai passé 3 jours à lui parler pour lui donner confiance, l’attirer avec de la nourriture, le suivre dans ses envols quand il se déplaçait….L’appeler pour qu’il ne parte pas trop loin… Au risque de passer pour une illuminée, je m’en fichait, ma passion est plus forte que la crainte du regard des autres!

C’est vrai : si moi en tant qu’amoureuse des oiseaux je ne m’élance pas au secours d’un perroquet dont les chances de survies sont quasi nulles dans notre milieu, qui le fera ?

Coco est toujours avec moi, je n’ai jamais retrouvé ses propriétaires.

Ma stratégie : lui donner confiance (perroquet sauvage et craintif) en lui parlant. Lui montrer la nourriture (apporter plusieurs types d’aliments : carottes, autres légumes, pommes, graines de tournesol, eau, pain…) faire du bruit avec pour qu’il voit la nourriture. Evidemment lui dire « vient Coco » est élémentaire. Lui montrer votre bras devant vous à l’horizontale et lui dire « vient » pour qu’il puisse venir se percher dessus.
S’il est trop sauvage et qu’il ne vient pas (comme Coco) ne pas désespérer (j’ai mis 3 jours à plein temps).

Meilleurs heures : à partir de 6h jusqu’à début d’après midi.
(l’après midi ils dorment en général (vers 16-17h)donc faire une pause)
jusqu’à 21 h le soir environ. Après ils cherchent un endroit sûr pour dormir et ne répondent plus de rien même si vous être là à lui demander de descendre…

cocoarbresoleilsnb12024.gif

photo de Coco au lever du soleil après un premier envol au dessus de moi. Vous arrivez à le voir dans les feuillages ?

Attacher une cage avec une corde à la branche d’un arbre que vous arrivez à atteindre. Mettre la nourritre sur le toit de la cage.

cococagedehors1snb12052.gif

Si vous voulez laisser la cage la nuit, n’oubliez surtout pas d’enlever le bas de cage, pour que le perroquet puisse s’échapper facilement la nuit s’il rentre dedans et qu’un prédateur rentre aussi dedans (chat, fouine, rat…)!! Ou que personne ne l’embarque avant que vous n’arriviez sur les lieus.

Remettez le fond de cage quand vous revenez. Et appelez l’oiseau. Il est possible qu’il ne réponde pas pendant quelques heures. Si il est vraiment effrayé ou que ce n’est pas son heure. Continuez à lui parler doucement, à l’encourager même si vous n’avez aucune certitude qu’il soit encore là le matin. De toutes façons c’est le dernier endroit où vous l’avez vu… Vous n’avez rien à perdre à lui faire la causette car il est peut-être simplement devenu muet, mais vous surveille caché dans les feuillages.

Rester toujours calme, voix douce et tranquilisante. Le perroquet est en stress, il ne faut pas croire qu’il est heureux : en général les perroquets ne connaissent pas la nature et ce n’est pas leur milieu « naturel » quand ils sont nés en captivité et imprégnés par l’homme. Il faut donc rassurer le perroquet et toujours garder le contrôle de ses nerfs. Si vous desespérez, ne lui montrer pas. Gardez confiance, il le sentira, et vous aurez 10 fois plus de chance d’arriver à le récupérer. Essayez la méthode coué, auto-persuasion que vous allez y arriver ! Ca marche!

Eloignez vous de la cage accrochée en hauteur pour l’inciter à s’en rapprocher si il a peur de vous.
Patientez. Cela peut prendre 1 heure comme 5 minutes avant qu’il ne décide de venir voir de plus près. Ne bougez pas. Patience et calme. Profitez en pour vous harmoniser avec l’environnement. Vous aurez vos sens en éveil et saurez mieux réagir et sentir les choses et comment faire.

cocoverscagesnb12059.gif

Parlez lui toujours pour le rassurer. Ils sont toujours preneurs de compliments. « oh qu’il est beau coco »…
Sont très gourmands, surtout quand ils sont dehors affamés et assoiffés : « vient manger coco, hmmm c’est bon ! » et lui montrer la nourriture dans vos mains, sur la cage, sur un mur en hauteur…

cococage2snb12055.gif

Le deuxième jour Coco est venu se poser sur la cage. Il avait fait de belles envolées plus loin dans le quartier et j’ai fait en sorte de garder un contact auditif avec lui quand il s’envolait, je l’appelais, lui disait coco attend, viens, reviens ! Il me répondait en criant. Ainsi je pouvais aller le répérer à nouveau. J’ai beaucoup marché pendant ces deux jours, et peu dormi !

cococage3snb12057.gif

J’ai réussi à le faire revenir dans le parc où j’avais accroché la cage en hauteur. Le premier jour j’avais mis la cage par terre bien en évidence pour qu’il s’y habitue et vois que je met de la nourriture dessus pour lui en lui parlant. Ce n’est que je soir du deuxième jour que j’ai trouvé un endroit adéquat et définitif pour l’accrocher. (j’avais aussi tenté de la suspendre au but de foot qui était dans le parc, mais il n’est jamais venu dessus).

cococage4snb12064.gif

Au moment où Coco est venu sur la cage j’ai pris mon temps pour réfléchir calmement. Que faire ?
1/ Tactique très risquée, stressante, agressive : lui jeter mon pull dessus. Avec le gros risque de rater mon coup, qu’il s’envole et ne revienne plus jamais… Ou devienne craintif de moi si j’arrive à l’attraper et moi de lui car il réussirait surement à me pincer fort (étant sauvage et appeuré)

2/ Stratégie douce, plus lente, avec le risque de râter l’occasion de l’attraper : le laisser rentrer de lui-même dans la cage.
Il était déjà tard le soir, et le soleil commençait à se coucher. Coco à mangé même dans ma main, du toit de la cage. Mais n’est pas rentré dedans. Il s’est envolé dans un arbre et je ne l’ai plus revu ni entendu.

cococage6snb12067.gif

Le troisième jour, pendant des heures je lui parle. Il s’envole, revient. Je vis le chercher, l’appelle pour le faire venir dans la bonne direction du parc…
L’après midi passe et il revient dans l’arbre. Puis sur la cage. Il mange là à nouveau, mais je lui donne très peu de carotte pour qu’il ait encore faim. Il me fait confiance. Il regarde l’intérieur de la cage. Descend les barreaux. J’avais mis les gamelles de nourriture DANS la cage cette fois ci. Il ne pouvait pas résister… Il est rentré dans la cage.

cocorentrecagesnb12070.gif
Et là c’était un grand moment de bonheur. Je savais que je l’avais sauvé.

Je n’avais plus qu’à fermer la porte de la cage doucement. Tout en douceur. J’ai pris le risque d’attendre une nuit et une journée de plus, qu’il ne soit plus là le lendemain. Mais j’ai senti que c’était la meilleur manière de l’attraper.

cocodirectiongamellecage.gif

Coco je t’aime.

Pour le troisième, c’était un de mes poussins callospitte non sevré qui a son premier envol hors de la mini volière d’intérieur, a fait un vol magnifique, de la cuisine au couloir, sans cogner un seul mur, a bifurquer à 180° en montant dans les escaliers, a filé tout droit dans la salle de bain où la fenêtre était entrouverte…
J’ai mis à contribution toutes les callospittes de la maison, en les motivants pour qu’elles appelent le petit. Premier soir je fais un grand tour de quartier en l’appelant. Je rentre déespérée. M’assoie dans le jardinau calme pour réfléchir, et là au dessus de moi le poussin s’envole en criant. La nuit tombe. Le lendemain idem : toutes les callos sont de service, jusque dans les combles avec fenêtres ouvertes. Les oiseaux s’en donnent à coeur joie et comprennent qu’il faut appeler.
Les enfants du quartier m’aident dehors pour chercher le poussins. On le repère 10 fois et il s’échappe à chaque fois. De toutes façons il est trop haut, sur les toits de maison, dans les arbres des voisins…
Je vais chez mes voisins, grimpe dans les arbres. Ils sortent leurs échelles… A chaque fois près du but l’oiseau s’envole. Il n’est pas apprivoisé.
Je sort la maman » Nikita dans une petite cage d’appoint, dehors avec moi pour attirer le petit. Le petit a peur et ne comprend pas trop ce qui se passe. IL ne descend pas à la cage.

Le surlendemain (la nuit pluie battante, vents forts…) je repars à sa recherche. Il est loin. Je prend ma voiture et amène Nikita dans sa cage avec moi.
Je sort la cage arrivée à l’endroit ou le bébé est : sur le toit d’une maison près de la route. (je l’avais entendu en le cherchant à pied) Le bébé tente de voler vers la cage. Une voiture passe, effraie le poussins qui repart aussitôt. Loin, je ne le retrouve pas.

Je décide de rentrer à la maison. Je gare la voiture, sort la cage et là le poussin arrive en volant au dessus de ma tête en criant !! Incroyable ! c’téait magnifique ! il avait parcouru quelques 100 de mètres et était revenu pile à la maison!! Certainement grâce aux appels des autres callospittes à la maison. Il se pose sur mon tôit. J’arrive dans le jardin, amène une table pour montrer dessus et me rapprocher tout doucement du toit. Je n’avais pas droit à l’erreur. Le moindre faux pas, le moindre bruit et le poussin repartait… Avec la cage de Nikita dans les mains, j’ai soulevé tout doucement une patte du poussin, puis l’autre. Il s’est laissé faire, épuisé. Et j’ai redescendu la cage avec Nikita dedans, et son poussin perché dessus, tout doucement… on est rentrés à la maison… et c’était gagné.
Le poussin a très bien grandi, a eue droit à des doubles rations de becquées par ses parents. Je l’ai vendu en animalerie l’année dernière.

Bisou au poussin, une grande pensée pleine d’affection. :)


  1. Souad écrit:

    Ahhh! Sacré Coco!
    Sousou

    Citer | Posté 15 octobre, 2008, 22:47
  2. soso écrit:

    j’ai besoin d’aide mes perroquets ceux sont échappés pourrait tu m’aider a les récupérer stp merci d’avance

    Citer | Posté 6 février, 2009, 19:03
  3. djamel écrit:

    slt ca va toi ,? et coco va bien?je lespere jaime les peroqut mais jai jamais elever 1 je te demande si tu pouver mapprendre quelques chauses pour le lever quelque astuses pour lui apprendre a parler merci de me contacter ou de discuter avec moi si vs savez msn ajouter moi svp vs avez de lexperience jaimerai avoir votre reponse aussi rapidment merci et au revoir a tres bientot jesper salutation

    Citer | Posté 3 juin, 2009, 23:37
  4. julien écrit:

    des trés bone téquenique je ves esseiler avec le mien car il ses enfui et sa fai 5 jour que jessele de l’atraper

    Citer | Posté 8 octobre, 2009, 21:41
  5. nicolas écrit:

    g perdu mon gris du gabon eder moi svp jdoi fére coi svp ya 3 jour quil et dehor je le voi et il ve pas revenir g mi sa cage dehor je survéye

    Citer | Posté 28 avril, 2010, 18:48
  6. artsgraph écrit:

    Courage pour les personnes qui perdent leur oiseau… il ne faut pas désespérer, je ne sais pas quoi dire d’autre ou de plus que ce que j’ai écrit dans mon histoire. Je n’ai pas d’autres ressources pour vous aider malheureusement. Alors relisez mon poste pour y trouver des conseils, sinon vous pouvez aussi trouver d’autres aides sur les forums dédiés aux perroquets, ils ont tous une rubrique « perdus/trouvés » qui peut vous apporter du secours.

    Bonne chance, ne perdez pas espoir et surtout faites tout votre possible, ne vous limitez pas, car c’est en se limitant que l’on perd énormément de chances d’y arriver, alors croyez-y et déployez toute votre énergie !

    Citer | Posté 24 mai, 2010, 23:43
  7. JMM (56) écrit:

    Bjr. C’est un vrai bonheur de lire des histoires d’oiseaux qui se terminent bien!
    Et de constater que je ne suis pas le seul original à se donner beaucoup de mal
    pour qu’un plumeau égaré retrouve son foyer (même si je n’ai pas eu le même
    succès). Pour ma part, j’ai éduqué mon piou-piou au vol libre; j’angoisse beaucoup
    moins. Un seul conseil aux malheureux propriétaires de perroks envolés: faites le maximum tout de suite, les perroquets ne sont pas des voyageurs au long cours,
    leur premier vol ne les emmène pas si loin que ça, quelqu’un l’a vu ou entendu.
    Les forums peuvent servir, mais c’est un temps de réponse souvent trop long,
    prévenir la spa, les flics, les pompiers, même le service « espaces verts » de votre
    commune, les vétos du coin, pourquoi pas le facteur, et coller autant d’affichettes que vous pouvez, sur des supports style containers de collecte, (lieux fréquentés),
    comptoirs de boutiques de quartier (boulangerie et bistrots en priorité pour le passage), écoles. Les perroquets ne passent pas inapercus, le tout est d’établir le contact avec celui ou celle qui l’a repéré… mais qui s’en fout, hélas. Courage,
    obstinez-vous!

    Citer | Posté 6 juin, 2010, 16:57
  8. artsgraph écrit:

    Salut JMM,
    c’est super que tu puisses faire voler ton oiseau en vol libre, c’est une méthode assez délicate, mais quand elle est bien assimilée par l’oiseau c’est génial !
    Ma Lila est habituée à bien voler en intérieur, un peu de rappel aussi, mais pour le moment le vol libre reste dans un coin de ma tête ! j’espère pouvoir lui apprendre petit à petit en extérieur.

    Merci pour ton post.

    Citer | Posté 9 juin, 2010, 14:21
  9. colomba écrit:

    bonjour,

    Bravo bravo !!!
    Moi pour le moment je n’ai pas eu de probleme d’envole mais j’ai bien d’autres probleme avec mon rosalbin qui ne repond plus beaucoup et qui en plus se deplume periodiquement !!! la galere … je l’adore mais elle me fait devenir chevre !!! si t’as une technique …
    Encore bravo et quelle chance ce coco !

    Citer | Posté 3 décembre, 2010, 11:40
  10. guenneugues yolande écrit:

    Bonjour,
    Merci de vos conseils, mon perroquet un Amazone vert s’était envolé et je l’ai récupéré après avoir mis des annonces un peu partout dans les boutiques proches de mon domicile grâce à des personnes qui l’avaient localisé dans leur jardin sur un arbre fruitier. Nous avons attaché sa cage dans l’arbre avec le fond et la porte ouverte, puis il est rentré dans la cage et en surveillant les gens ont mis un avaneau de pêche devant la porte et il nous ont appellé pour venir fermer la porte et le récupérer. Heureusement que j’ai eu l’aide de gens très gentils.
    Cordialement yolande

    Citer | Posté 18 septembre, 2011, 19:32
  11. gaudel écrit:

    mon gris du gabon romeo s est envolé hier apres 17h et il n est pas revenu koi faire j ai mis la cage dehors et son manger sur la cage, repondez moi merci

    Citer | Posté 16 septembre, 2012, 22:15
  12. cappelle écrit:

    un perroquet vient manger les boules de graisse, les cacahuètes crues non salées, depuis 3 jours. Mais il va faire trop froid, comment le récupérer pour le mettre au chaud et le donner dans une association protectrice

    Citer | Posté 20 novembre, 2012, 6:07
  13. doubey écrit:

    Bonsoir,

    Nous avons perdu notre perroquet « ccokie » un perroquet gris du gabon de 5 mois, elle s’est envolée le 21/12/12 ce n’était pas la fin du monde mais depuis pour nous la maison est si triste sans elle !!! elle ne connait pas la maison de l’extérieur, on passe nos journées à la chercher, à l’appeler : pas un signe !!!

    Si vous avez des idées pour nous aider ………Merçi

    Citer | Posté 23 décembre, 2012, 23:48
  14. artsgraph écrit:

    bonjour Doubey
    je viens de lire ton post,
    les idées citées ci-dessus sont excellentes, depuis que j’ai écrit ce post, ma grise du Gabon Lila s’est échappée pendant 3 jours, et je l’ai retrouvée 2 km plus loin, grâce à la police municipale : des gens ont vu mon perroquet sur le toit de leur maison, et Lila est venue se percher sur l’épaule du mari. Ils l’ont attrapée et gardée dans un carton dans leur garage, et ont appelé la police pour leur signaler.
    Donc en effet : alerter les commissariats avoisinant, les pompiers, TOUS les vétérinaires des environs, ça prend 10 minutes. et augmente grandement vos chances de retrouver votre oiseau.
    En parallèle : coller des affichettes dans votre quartier, les commerces du coin et de villes avoisinantes. (le premier perroquet que j’ai trouvé, j’ai retrouvé ses propriétaires qui avaient mis une annonce dans un journal gratuit. Ils habitaient à 6 km environ)

    bonne chance, continuez vos recherches à fond, en appelant et gardez espoir :)

    Citer | Posté 28 décembre, 2012, 21:31
  15. C92 écrit:

    Bonjour,
    Ça fait 3 jour que je vais voir un perroquet vert comme coco dans un parc en banlieue parisienne. Je lui ai donne a manger mais il ne veut pas descendre. Il parait mal au point. Que faire ?

    Citer | Posté 29 janvier, 2013, 18:22
  16. C92 écrit:

    Bonjour,
    Je vais voir un perroquet vert comme coco depuis 3 jours dans un parc en banlieue parisienne. Je lui ai donné à manger mais il ne veut pas descendre. Il parait mal au point. Que faire?

    Citer | Posté 29 janvier, 2013, 18:27
  17. artsgraph écrit:

    Bonjour, si vous avez lu le périple de coco, vous avez pas mal d’infos pour essayer de l’aider.. si vous lui mettez à manger c’est très bien, surtout si il vous voit faire, il finira peut-être pas venir vers vous si il est apprivoisé.
    dans quelle ville est ce parc ? (je suis aussi en banlieue parisienne)
    Anna

    Citer | Posté 30 janvier, 2013, 16:03
  18. artsgraph écrit:

    super ! contente de voir que ma technique fonctionne pour d’autres gens ! et que d’avoir partagé mon expérience ici à pu vous aider !!
    comme quoi, il ne faut jamais desespérer ni baisser les bras :)

    Citer | Posté 30 janvier, 2013, 16:05
  19. C92 écrit:

    bonjour,

    le perroquet en question se trouve dans le parc de saint cloud,
    hier il était encore sur son arbre. Apparemment il n’a pas mangé ce que je lui ai donné. J’ai lu votre récit sur Coco, c super.
    Je n’ai pas de cage, j’ai une boite en carton mais j’imagine qu’il ne voudrait peut être pas rentrer dedans parce que ce n’est pas ouvert..
    Si vous voulez vous pouvez m’envoyer un message prive, j’y retourne tout à l’heure.

    Citer | Posté 31 janvier, 2013, 14:19
  20. artsgraph écrit:

    Bonjour C92,
    ce n’est pas très loin de chez moi ce parc, à 30 minutes de voiture..
    Ce perroquet a t’il la queue courte comme Coco ? ou longue comme une grande perruche (perruche à collier par exemple) ?
    car vers chez moi et dans le 92 depuis plus de 2 ans des colonies de perruches à collier (me semble-t’il) se sont installées et arrivent à passer l’hiver et survivre meme par presque -10°C !!
    c’est pourquoi je vous pose la question, car si c’est une de ces grandes perruches (toutes vertes aussi, et assez imposantes) je vous rassure : elle ne viendra pas et arrivera a survivre.

    En revanche si il s’agit bien d’un perroquet, c’est autre chose, car seul il ne pourra que très difficilement survivre, et a donc en effet besoin de votre aide.
    Un carton ne l’incitera pas a rentrer dedans en effet.

    Avez-vous cherché sur internet si quelqu’un à posté une annonce cherchant son perroquet dans le coin ?
    ou contacté les vétérinaires proches, le commaissariat ?
    un perroquet perdu peut s’envoler dans un petit périmètre, mais en général ne va pas très loin de son habitation.

    Citer | Posté 31 janvier, 2013, 14:33
  21. Semper Fidelis écrit:

    Mon perroquet, femelle gris du Gabon EAM de 5 ans, s’est échappé il y a quelques jours. Heureusement, l’issue de cet incident a été bonne. Ayant trouvé sur le net de précieuses informations et des témoignages sans lesquels j’aurais pu aggraver la situation ou tout simplement perdre tout espoir de récupérer mon perroquet, je souhaite à mon tour apporter mon témoignage s’il peut s’avérer utile à tout malheureux propriétaire de perroquet en fuite.

    1. Erreur n°1
    Je viens de déménager dans une petite maison en zone rurale plantée dans un vaste terrain et à moitié encerclée par une forêt. Depuis mon installation j’ai plusieurs fois mis la cage de mon gris dehors pour lui faire profiter du bon air. Le 6 mai, allez savoir pourquoi, me vient en tête l’idée de sortir mon gris de sa cage, dehors. L’ambiance et sereine, mon gris très calme, le temps est radieux. Je fais un essai de quelques minutes qui s’avère (de façon trompeuse) concluant. Mon gris reste sur mon épaule, exactement comme lorsque je le sors de sa cage en intérieur.
    Plus tard dans la journée, je renouvelle l’expérience, fier de me dire que mon perroquet est très coopératif. Je crois, à tort, que si jamais il doit s’envoler, ce vol ne sera que de quelques mètres, maladroit, et que mon perroquet d’intérieur perdra vite son souffle. Je n’aurais qu’à le ramasser, au sol… Erreur bien malheureuse.
    Lors de ce deuxième essai mon gris a pris peur et est parti à tir d’aile se réfugier sur la cime d’un arbre planté à au moins 150m de la maison, en lisière de la forêt. Ce fut rapide et, contre toute attente, extrêmement vif. Horreur !
    Il a aussitôt cherché à revenir vers moi mais n’a pu redescendre assez au moment où il était à mon niveau. Il a donc repris son vol pour se réfugier dans un nouvel arbre, encore en lisière de forêt, à 300m de la maison.

    2. Erreur n°2
    Mon perroquet s’était perché à environ 6/7m du sol dans un arbre et y est resté prostré sans répondre à aucun de mes appels. J’ai bien essayé de monter à cet arbre mais impossible (tronc lisse sur plusieurs mètres et branches fines qui poussent quasi à la verticale).
    Ma fausse bonne idée n°2 a donc été de faire secouer par mon compagnon l’arbre sur lequel reposait mon gris tandis que je l’appelais. J’ai cru, à tort encore une fois, qu’il reviendrait directement sur mon épaule. Eh non ! Mon gris s’est enfoncé à 20m dans la forêt et s’est perché sur un arbre encore plus haut, à 15/20m de hauteur. Autant dire qu’il n’était absolument plus accessible.

    3. L’appel au vétérinaire. Enfin une bonne idée.
    J’appelle mon véto aviaire pour lui expliquer la situation. Elle me préconise trois choses : ne pas perdre de vue l’oiseau, lui manifester ma présence en lui parlant, essayer de l’attirer avec des friandises.
    A ce stade, il est environ 17h, mon perroquet s’est échappé depuis 16h. Nous sommes deux et mon compagnon se charge d’apporter ses nourritures préférées ainsi que la caisse de transport (qui s’avérera utile).
    Les heures passent et mon gris reste exactement là où il est, perché à 20 m au dessus de nos têtes. Il nous observe, nous parle, mais ne cherche pas à redescendre.

    4. Vive les smartphones et la 3g dans la forêt.
    Le statu quo s’éternisant, mon compagnon et moi prenons le temps de consulter internet pour y trouver des infos et témoignages en cas de fugue d’un perroquet. On y apprend que tenter de faire bouger le perroquet en espérant le faire se rapprocher est une mauvaise idée. Dans la majorité des cas, il s’envole plus loin et plus haut. Il ne faut rien faire de plus qu’attendre en l’attirant avec des friandises.
    Or, nous avons beau essayé de stimuler le perroquet pour l’inciter à descendre, rien.
    En fin d’après-midi, vers 18h/19h, il semble s’intéresser à la nourriture que nous lui présentons 20m plus bas. Il essaiera à maintes reprises de s’envoler vers nous mais les perroquets ne savent pas faire de plongeon en piquet ! Ils ne savent pas non plus descendre en rappel avec leurs pattes et leur bec. Au mieux, ils regagnent le sol par paliers, en volant de branches en branches… mais s’ils n’ont jamais appris à le faire, nos perroquets de cages et de volières en sont incapables.
    De notre côté, impossible de nous éloigner de la base de l’arbre, la forêt est si dense qu’en nous éloignant, ne serait-ce que de 5m, nous ne voyons plus l’oiseau et inversement.
    Notre lueur d’espoir, malgré la nuit qui est censée tomber vers 21h30, est que là où il est notre perroquet est à l’abri de pas mal de prédateurs et qu’apparemment, sauf danger imminent, il ne bougera pas de sa place dans la nuit noire de notre campagne (plein de buses et de faucons). Car, oui, j’ai dû me faire à l’idée que mon gris passerait la nuit dehors.
    Ce fut une épreuve mais il nous a fallu, la nuit tombée, regagner la maison. Sur les 300m qui nous séparaient du perroquet, nous avons crié son nom et avons laissé la maison toutes lumières allumées durant la nuit avec deux cages ouvertes devant la maison pleines de nourriture.
    Dès l’aube, à 5h30, nous sommes retournés dans la forêt, là encore, en annonçant bien à l’avance notre présence au perroquet.
    Il faisait encore noir mais vers 6h, quelle joie !, le perroquet est visible. Il est resté à sa place.
    Nous essayons en vain de le stimuler à nouveau avec de la nourriture mais il semble tout simplement dormir. J’avais lu sur internet l’histoire d’une femme qui disait avoir étendu un drap blanc au sol pour que son oiseau la repère bien. J’avais fait de même.

    5. Et l’inattendu se produit.
    Vers 8h30, toujours rien. Absolument aucune réaction. Nous sommes dépités.
    Nous décidons de retourner à la maison, en laissant le drap blanc en place au pied de l’arbre. Toujours en criant son nom le long du chemin. Nous sommes convaincus que le retour du perroquet ne se fera pas ce jour-là. Jamais il ne redescendra de cet arbre en piquet. Dans le meilleur des cas, tiraillé par la faim, il échouera dans le jardin de quelqu’un et, seulement alors, nous pourrons le récupérer. Mais cela se ferait après plusieurs jours ou semaines, ou même jamais. Toujours est-il que nous l’avons laissé dans la forêt, le cœur gros, et avons fait la liste des refuges auxquels le signaler. Nous avons préparé une petite annonce que nous devions placarder un peu partout et mettre dans les boites aux lettres des voisins (moins d’un voisins au km2)…
    Vers 10h, mon compagnon décide de retenter d’appâter le perroquet et part seul dans la forêt. Je le rejoins quelques minutes après et à sa tête attristée je comprends que le perroquet a quitté l’arbre où nous l’avions laissé.
    Nous sommes à la lisière de la forêt et nous parlons donc tous les deux de l’organisation des recherches à mettre en place (exploration de la forêt, annonces à placarder…). A ce stade le désespoir nous étreint. Le contact visuel étant rompu nous ne croyons plus à l’idée de revoir un jour notre perroquet.
    Soudain, alors que nous dialoguons, nous entendons le perroquet se manifester : « allô ?… oui, d’accord…. Ok… » En effet, il adore imiter nos conversations.
    Il est tout prêt même si nous ne le voyons pas. Il nous faudra quelques minutes pour enfin le repérer, en train de parler, perché sur une branche bien horizontale à 3m de haut.
    En nous voyant partir vers 8h30, il a dû tenter de nous suivre et par un moyen que je ne m’explique encore pas, est enfin parvenu à se frayer un passage dans la forêt dense pour descendre de plusieurs mètres tout en se rapprochant de la maison.

    Il nous avait fait le cadeau de faire le plus gros travail. Nous n’avions plus le droit de nous louper.
    Mon compagnon s’est immédiatement muni de la caisse de transport ouverte tandis que moi j’essayais de présenter de la nourriture au perroquet. Malgré les 3 petits mètres de hauteur qui nous séparaient, il n’a pas volé vers moi. Il semblait décidé à attendre que je le récupère avec ma main. Qu’à cela ne tienne. J’avais lu sur des forums que les échelles pouvaient effrayer les perroquets. Or de question, donc, d’en apporter une. Par chance, sur notre terrain, en lisière de forêt, se trouve un tas de bois découpé (planches, tasseaux plus ou moins épais), ainsi que quelques vieilles briques.
    Délicatement, je fais quelques allers retours pour prendre ces matériaux et monter une sorte de muret contre un tronc d’arbre ; muret de plus d’un mètre sur lequel je grimpe tout doucement en parlant à mon perroquet d’un ton rassurant.
    Je peux l’atteindre du bout des doigts. Il s’approche alors un peu en me demandant que je lui gratte la tête. Je profite de l’occasion pour le saisir par le cou (technique vétérinaire). Là, tout va très vite. Je redescends du muret, j’introduis l’oiseau dans sa caisse de transport. C’est fini ! Enfin !

    Aujourd’hui, tout va bien. Sa nuit dans la forêt ne semble pas l’avoir traumatisé.

    Je retiens de cette malheureuse expérience les choses suivantes :

    A FAIRE :

    -ne pas quitter l’oiseau des yeux
    -l’attirer avec de la nourriture et aussi avec de l’eau (à ne pas négliger car l’oiseau aura soif). Faire du bruit en versant graines, extrudés ou eau dans un récipient. Cela a vraiment stimulé notre perroquet.
    -toujours garder un contact sonore en lui parlant et en le stimulant (dans notre cas, avec nos sonneries de téléphones portable, car il adore imiter les conversations)
    -la nuit n’est pas à craindre. Il vaut mieux partir se reposer pour être opérationnel dès l’aube. De plus, je crois que des lampes torches qui bougent au pied de l’endroit où se trouve l’oiseau pourraient l’effrayer.
    -chaque aller et venue près de l’oiseau doivent se faire en s’annonçant ou en parlant à l’oiseau pour baliser, en quelque sorte, le trajet qu’on souhaite lui faire emprunter.
    -le drap blanc au sol en guise de repère, n’est pas une mauvaise idée.
    -patienter, encore et encore. Le perroquet finira toujours par être attiré par la nourriture ou l’eau.
    -ne pas se désespérer de voir le perroquet inattentif à nos appels (j’ai lu ça sur un post). Dans les tous premiers instants, il est juste apeuré. Par la suite, son instinct lui dicte de surveiller les éventuels prédateurs au dessus de sa tête ou alentours.
    -si le contact visuel est rompu, essayer d’établir un contact sonore en explorant les lieux. Dans notre cas, notre perroquet s’est manifesté en nous écoutant dialoguer mon compagnon et moi.
    -contacter votre vétérinaire, des forums sur le sujet
    -se préparer à devoir laisser des annonces de recherches (voisins, commerces, vétérinaires… en indiquant bien au gens qui le repèreraient de ne rien tenter par eux-mêmes et de se contenter de vous appeler. En croyant bien faire ils risqueraient de faire fuir l’oiseau.)

    A NE SURTOUT PAS FAIRE :

    -secouer les branches de l’arbre ou le perroquet se trouve, dans le but de le faire redescendre. Il volera toujours plus loin et plus haut. (nous avons fait cette erreur)
    -lancer des objets, un jet d’eau… pour les mêmes raisons
    -crier ou produire des sons violents
    -pas d’échelle, d’élévateur, et encore moins l’échelle des pompiers (effrayante)

    Si vous êtes dans cette situation, ne désespérez pas, soyez patient. Si vous êtes plusieurs, pensez à vous relayer pour manger et/ou dormir car l’attente peut être très longue. Faire confiance à votre animal qui pourra vous réserver de belles surprises. N’oublions pas que les perroquets, notamment les gris, sont fort « intelligents ». Dans le règne animal leurs capacités côtoient celles des grands primates et des dauphins…

    Encore merci à tous les contributeurs des forums que j’ai consultés et dont les témoignages me furent précieux.

    Citer | Posté 12 mai, 2013, 15:08

Laisser un commentaire


rêve et passion de nade |
La Ferme des Grands Prés |
spiroandco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Claire de lune
| Pratiquer l'Aéromodélisme e...
| Jo Voyages